Tag Archive: Module-4


Les visites ou les liens

Le nombre d’abonnés aux flux RSS est une des façons pour reconnaitre la notoriété d’un blogue. Le bookmarking avec del.icio.us peut montrer le nombre d’internautes ayant mis son blogue dans le leur signets. Google Blog Search est un moteur très efficace pour la recherche des blogues de référencement très rapide. Icerocket blog search ressemble a Google Blog Search et qui est parfois complémentaire à Google. Wikio, qui est un agrégateur et un portail d’information qui fouille une dizaine de milliers de sites de presse classiques et de blogues en fonction de l’information recherchée, ou Technorati permettent un classement des blogues.

« Divers sites tâchent de quantifier la réputation des blogueurs. Technorati.com est l’un d’entre eux. Recensant des millions de blogues, il permet, par mots-clés et par tag, de retrouver des blogues et des billets. Technorati recoupe les informations pour créer un index d’« autorité » basé sur le nombre de blogues (et non de billets) pointant vers un blogue durant les six derniers mois. Plus ce chiffre est élevé, plus il a de l’autorité selon Technorati » Module-4 (1). Aussi, Technorati est un moteur de recherche de blogues. Il en indexe une de bonne centaine de millions. Il permet de rechercher des noms des blogues, des titres de billets, des pages, des tags, du texte intégral…et des liens pointant vers un blogue. Il dispose d’indicateurs de « classement » rassemblés sous le nom de Top 100. Chaque blogue indexé dispose de son « rang » dans le classement Technorati. Il permet aussi une recherche de type annuaire (directory), une possibilité de s’abonner au fil RSS d’une requête et un affichage d’indicateur « d’autorité ». Cette dernière sera d’autant plus élevée dans le cas ou le nombre de blogues et de billets citant ce blogue sera grand. Technorati ne prend pas en considération le nombre de visites du blogue.

Alexa.com est un site d’analyse du trafic sur Internet. Il réalise un classement « Traffic rank » pour une bonne centaine de millions de sites. Ce classement est réalisé en fonction du nombre de visites uniques et du nombre de pages vues par chaque visiteur. Le calcul de cette moyenne sur les trois derniers mois détermine le classement.

Pour quantifier la réputation de votre blogue, vous avez le choix entre le nombre de visites ou le nombre de liens vers votre blogue.

Exemple : Le 15 juillet 2011, le Top 100 de http://technorati.com/blogs/top100/ était : http://www.huffingtonpost.ca/

Pour huffingtonpost.ca/, voici les statistiques du site  http://www.alexa.com/siteinfo/huffingtonpost.ca# :

Références :

(1)- Module-4 : http://benhur.teluq.uquebec.ca/SPIP/inf6107/spip.php?article=74&rubrique=10

(2)- David Fayon Web 2.0 et au-delà : Nouveaux internautes : du surfeur à l’acteur, Economica, 2e édition, 2010.

(3)- http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/58/60/27/PDF/chercher-trouver-blogs-epreuves.pdf

(4)- http://www.amtice.ulg.ac.be/upload/ressources/ressource-58-maitriser-l-information-strategique/Mesguish_Web_2_et_social.pdf

(5)- http://www.optinpower.fr/ereputation2007.pdf

(6)- http://www.centre-inffo.fr/uhfp/IMG/pdf/DIGIMIND.pdf

(7)- http://www.yann-gallis.fr/downloads/Web/Referencement.pdf

L’agenda-setting est une théorie diffusionniste de Maxwell McCombs et Donald Shaw (1972) ou les médias de masse ont une emprise sur leur public par l’éventail d’une nouvelle, la portée accordée et la place occupée par cette nouvelle dans ces médias. L’agenda-setting « n’est pas de dire aux gens ce qu’ils doivent penser, mais sur quoi ils doivent concentrer leur attention » (Module 4). « L’agenda-setting est exempt de toutes formes de coercitions, en fait les aléas des événements sociaux et surtout de la nature, détermineront la place accordée à chaque nouvelle » (1).

L’effet d’agenda-setting permet d’étudier, dans l’exemple du monde arabe, les portées traitées par les médias et leur place médiatique. Le monde arabe n’est pas en mesure d’apprendre sur les enjeux du moyen orient et du Maghreb seulement à travers les réseaux sociaux. Il a besoin d’une chaine de la grandeur d’Al-jazeera. La culture arabe a un contrecoup sur l’action de l’agenda-setting d’Al-jazeera. Les universitaires du monde arabe sont pris par l’aboutissement d’agenda-setting d’Al-jazeera. Lors de l’apparition des révolutions arabes, le monde arabe a mené cet agenda. En captivant l’attention sur les enjeux politiques, le monde arabe juge les dictateurs sur la base de ces enjeux plutôt que sur leur exploit. L’agenda-setting anime un lien entre les angoisses du monde arabe et les médias. Les informations d’Al-jazeera télédiffusées ont une portée d’agenda-setting. Ces sondages dans le monde arabe, avant et après la diffusion de ces reportages, en sont une preuve. La valeur de son agenda-setting est articulée par des règles comme les enjeux et le public du monde arabe.

L’agenda-setting joue un rôle crucial dans l’apparition d’une meilleure compréhension politique de l’action du Web Social. Cela affecte les communications politiques dans les médias de masse grâce à des conséquences d’agenda-setting. Les blogues d’Al Jazeera (Libya Live Blog, Syria Live Blog, Yemen Live Blog…) sont très influents pour dire au monde arabe comment bien comprendre le vrai fonctionnement de la  majorité des régimes arabes. Les blogueurs d’Al-jazeera bâtissent des sens sur les enjeux du monde arabe bien avant les médias de masse du monde entier. L’avantage comparatif des blogues d’Al-jazeera dans la politique du monde arabe est la création d’interaction des blogueurs dans la blogosphère.

Al-Jazeera en direct :

Références :

(1) –http://www.archipel.uqam.ca/3645/1/M11664.pdf

(2) -http://cv.olihb.com/wp-content/uploads/2009/09/M%C3%A9moire-version-finale.pdf

(3) –http://www.archipel.uqam.ca/2653/1/D1880.pdf

(4) –http://blogs.aljazeera.net/

Dans les pays arabes, le blogue est devenu un espace politique indépendant et ouvert. Il a brisé les barrières de la peur et des dissimulations. Depuis les deux révolutions de la Tunisie et de l’Égypte, un mouvement populaire de masse continu à sortir pour répondre à l’appel de la dignité et du changement pour combattre une corruption politique dans le monde arabe.

La propagation d’information (documents, vidéos, photos…), durant les deux révolutions arabes, reposée sur des communications classiques (comme ceux des journalistes professionnels d'(Al-Jazira)  (1)) (2) et sur l’utilisation des médias sociaux (par la diffusion sur YouTube, Twitter, Facebook…). Il est très facile de rediffuser ces liens avec les blogues. « Sans surprise, les nouvelles concernant les évènements locaux et les commentaires se multiplièrent sur les blogs, au nombre de 40 000 selon des estimations » (2). Sur ces médias, les blogueurs sont devenus des filtres et des relais. Les révolutionnaires se sont transformés en « nœuds » de propagation. « Grâce à l’internet et aux médias sociaux, la colère des révolutionnaires arabes devient épidémique en deux clics et trois téléchargements » (3).

Hosni Mubarak avait vu, trop tard, les effets de cette jeunesse tunisienne connectée aux réseaux sociaux. Il avait décidé de couper l’Internet peu avant d’avoir été obligé de quitter le pouvoir. Ben Ali avait fait la même chose. Les réseaux de télécommunications mobiles ont aidé la foule virtuelle à communiquer. « L’administration Obama travaille sur un projet mondial visant à déployer un Net parallèle ainsi que des systèmes de téléphonie mobile permettant aux dissidents de déjouer la censure des régimes dictatoriaux. Ces efforts ont été révélés lors de nombreuses interviews menées par le New York Times. » (4)

Les réplications des réseaux sociaux contribuent à la naissance d’une Intelligence Collective (IC). Cette révolution engendrée par l’IC finira par faire tomber Ali Abdallah Saleh, Bachar al-Assad, Mouammar Kadhafi…

http://www.liberation.fr/monde/01092329262-yemen-pro-et-anti-regime-affluent-pour-manifester

(1) ««La télé Al-Jazira joue un rôle de témoin, ce dont on avait toujours attendu de journalistes de toute façon», observe Florian Sauvageau, professeur à l’Université Laval » (2) http://www.cyberpresse.ca/international/dossiers/crise-dans-le-monde-arabe/201102/05/01-4367298-pas-de-revolution-sans-revolutionnaires.php

(3) http://blogs.lesechos.fr/paristech-review/la-revolution-facebook-le-printemps-arabe-et-le-futur-politique-des-reseaux-sociaux-a5395.html

(4) http://www.lessentiel.lu/fr/news/dossier/revolution/story/Un-Internet—fante-me—dans-les-dictatures-17403704