Sur le Blogue d’Alain Fernandez (1), on peut lire que son « perfologue (blog.piloter.org) est le blog pro dédié au management de la performance depuis 2004. Structuré comme un « livre-blog », chaque chapitre correspond à l’un des 8 verbes d’action (…). La thématique : piloter la performance, conduire les projets complexes, les hauts et les bas du décisionnel, la Business Intelligence en pratique, le techno management sur le terrain. Bref, des récits, des conseils, des expériences vécues, des réflexions de fond… »

Il a récemment écrit sur son blogue un billet sur l’Intelligence Collective et la procédure (2). Ce billet est un extrait de son livre : Le Chef de projet efficace – 12 bonnes pratiques pour une démarche d’entrepreneur – Nouvelle édition avril 2011 (3). Dans cet extrait, l’auteur mentionne que « Pour tester la résistance des pare-brise d’avions, l’administration aéronautique fédérale américaine FAA avait mis au point un pistolet qui lançait des poulets morts. Le poulet était propulsé à la vitesse d’un avion en plein vol. Si le pare-brise résistait au choc, cela signifiait qu’il ne subirait aucun dommage lors de la rencontre avec un véritable oiseau. Simple et efficace. Profitant de cet enseignement, les ingénieurs anglais ont essayé le pistolet pour vérifier la solidité du pare-brise d’une nouvelle locomotive à grande vitesse… Mais une fois tiré, le poulet a éclaté le pare-brise, pulvérisé le tableau de bord et détruit le siège du pilote avant de s’encastrer dans le mur du fond de la cabine de pilotage ! Abasourdis, persuadés d’avoir respecté les conditions d’expérimentation, les ingénieurs anglais ont transmis tous les éléments à la FAA afin de vérifier le protocole de test. La FAA a étudié les éléments transmis puis a émis une recommandation laconique : « Décongelez le poulet ! » »

Michel Estève l’un des commentateurs de ce billet écrit que « tout ça me ramène plus de 30 ans en arrière. J’étais élève ingénieur et stagiaire au CEAT de Toulouse. Nous avions un canon à poulet. Les poulets n’étaient ni congelés, ni même morts ! Le protocole de tests prescrivait un animal vivant d’une masse très précise. Tellement précise que l’on devait amputer la victime (vivante, donc) de tout ou partie de ses pattes pour satisfaire aux exigences du test ! »

Véridique ou canular, cette histoire sert à expliquer la portée des « check-lists » dans une Intelligence Collective (IC). L’objectif est d’avoir une meilleure qualité dans les procédures. Pour la gestion de projet, on doit faire attention aux petits détails. La question est comment utiliser au mieux des procédures décisionnelles dans les projets d’IC (de collaboration et de coopération). La réponse est une créativité qui correspond à une logique d’IC. Elle représente une administration de projet et d’IC. Le concept fondamental est de soutenir l’IC pour une meilleure gestion de projet. La performance des projets mesure la synergie du travail d’un groupe. Cette performance est un test de mesure collective.

J’ai décidé de suivre son blogue et son lien pour lire sur le pilotage des projets complexes pour mes investigations.

1-http://www.alain-fernandez.info

2-http://www.le-perfologue.net/piloter/intelligence-collective-et-procedure.htm

3-http://www.chef-de-projet.org/chef-de-projet-efficace.htm

Publicités